Le Charbo

Nous voici sur les routes du Rallye Lyon Charbonnières, entre deux confinements et le couvre feu, les sensations que procurent la Ravage font du bien.

Quel plaisir de conduire cette voiture légère sur ces routes mythiques, on pense à Jean-Claude Andruet faisant voler sa berlinette de virage en virage. On se souvient également du hurlement du 4 cylindres Pipo de Panizzi, bref on est heureux.

Cette sortie a été immortalisée par Rémi Dargegen que l’on remercie pour son regard et sa patience en ce froid mois de Janvier !

Dès que l’on peut, on y retourne de nuit car les longues portées Cibié LED en ont vraiment besoin.

Un peu d’histoire

Le Rallye Lyon-Charbonnières (ancien Rallye Lyon-Charbonnières-Stuttgart–Solitude de 1960 à 1975, désormais Rallye Lyon-Charbonnières-Rhône), dit « Le Charbo », est un rally automobile basé autour de Lyon, instauré par l’Automobile Club du Rhône, le Moto-Club du Rhône, et la Société des Eaux Minérales de Charbonnières .

Créé officiellement en 1947 par le docteur Pierre Dalligand (Président de l’ACR et du MCR, vainqueur de cette première édition sur Bugatti 55 et le gérant de casino Georges Bassinet (Président de la SEMC).

Devenu exclusivement réservé aux 4 roues en 1950, il intégra selon les années le Championnat d’Europe des Rallyes (à partir de 1967, considéré alors comme le Rallye d’Allemagne de l’Ouest, vainqueur Vic Elford), ou encore le championnat de France, ainsi que le championnat helvétique entre 2000 et 2003.

Il accueille de nouveau le championnat français de « D1 » depuis 1996.

Des pilotes tels que Jean Vinatier, Jean-Claude Andruet, Bernard Darniche, Jean Ragnotti, ou encore Sébastien Loeb ONT REMPORTÉ LE CHARBO

Avec quatre victoires, Dany Snobeck et David Salanon détiennent le record de l’épreuve. Jean-Claude Andruet, Bernard Darniche, et Philippe Bugalski suivent avec trois couronnes.

Des spéciales comme « Col de Crie-Chiroubles », ou encore « Marchampt-St Cyr-le-Chatoux », sont des spéciales mythiques, tout comme les passages du « pont Gaillard » (ou « pont de Véry »), ou de « l’épingle de Mardore ».

Avant d’aller se promener dans ces lieux charmants, on vous laisse admirer la Ravage passer sous les radars de la base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun.

Éditions notables du Charbo

  • 1950 : Ouverte jusqu’ici aux motos, l’épreuve n’est plus réservée qu’aux voitures.
  • 1952 : Le rallye prend vraiment son envol, avec 148 engagés, et trois villes de départ: Londres, Liège et Lausanne.
  • 1959 : Les organisateurs innovent avec une course de « vitesse-régularité » sur le circuit de Charade.
  • 1978 : Les Véhicules d’Époque de Compétition (VHC) font leur entrée avec un règlement adapté tandis qu’on observe un nouveau regain d’intérêt pour la compétition automobile avec 67 partants.
  • 1979 : La pilote officielle Fiat Michèle Mouton et sa copilote Françoise Conconi remportent le rallye et deviennent l’unique équipage féminin à avoir remporté l’épreuve.
  • 1984 : À cause d’une tempête exceptionnelle, seuls 44 engagés sur 158 parvinrent à se classer. Sur les 22 véhicules historiques engagés, seuls 3 seront à l’arrivée pour un circuit de 449 km ! Ce qui vaudra une nouvelle rétrogradation en « D2 ».
  • 1996 : Après avoir passer 11 ans dans l’antichambre de l’élite à cause de la neige, le charbo revient en « D1 ».
  • 1997 : Déjà vainqueur en 1996, Gilles Panizzi récidive au bout d’un duel tourmenté avec Delecour, qui pilote l’autre 306 Maxi officiel. La différence se fait dans l’ultime spéciale qui emprunte le circuit de la course de côte de Limonest. Au final, une seule et unique seconde sépare les « Peugeot boys » ! Spectacle vu par près de 250 000 spectateurs massés sur les bords des routes.
  • 2000 : Après avoir rejoint l’armée rouge en 1998, Bugalski remporte un troisième succès consécutif. Mais cette fois au volant de la Xsara T4, nouvelle arme de Citroën possédant 4 roues motrices.
  • 2001 : Sébastien Loeb démontre qu’il est au-dessus du lot en remportant 10 des 15 ES, malgré une Xsara Kit-Car qui finira le rallye sur trois cylindres.
  • 2012 : Stéphane Sarrazin aligne 10 temps au scratch, mais après avoir perdu 10 minutes dans le second chrono, c’est encore Dany Snobeck qui s’impose avec sa régularité habituelle. Ce sera le dernier de ses 4 succès dans le Rhône.
  • 2014: A bord de sa Clio Williams Groupe A7, Julien Saunier réussi « l’impossible » en terminant 14ème au Scratch.

source Wikipédia et LeCharbo.fr

Crédit photo Ravage X Rémi Dargegen